Better Call Saul saison 3 : comme un goût de Breaking Bad

Jimmy McGill n’est pas encore devenu l’avocat véreux Saul Goodman que l’on a connu dans Breaking Bad, mais il s’en rapproche. Et c’est particulièrement flagrant dans cette 3ème saison.

Attention, risque de spoilers si vous ne l’avez pas vue !

Et si vous ne connaissez pas encore la série, vous pouvez lire mon avis sans spoilers sur la saison 1.

better-call-saul-season3

 

Dans sa première saison, Better Call Saul prenait le temps de développer le personnage de Jimmy McGill, le futur Saul Goodman. On apprenait aussi à mieux connaître Mike Ehrmantraut, personnage récurrent de Breaking Bad devenu ici régulier. En saison 2, nous avions revu Hector Salamanca, et suivi des intrigues liées aux cartels de la drogue.

Cette saison 3 marque quant à elle l’apparition d’un des personnages phares de Breaking Bad, Gus Fring, et son enseigne de fast-food, Los Pollos Hermanos. Son retour avait été teasé via les noms des épisodes de la saison 2 : en prenant la première lettre de chacun et en changeant l’ordre, on obtenait « Fring’s back ».

Avec tous ces personnages issus de la série-mère, et surtout toutes les intrigues liées au trafic de drogue, j’ai vraiment eu l’impression d’être devant Breaking Bad à certains moments. Et ça m’a limite dérangée en fait. Parce que jusque-là, Better Call Saul avait réussi à se créer un univers bien à elle, à se différencier suffisamment de Breaking Bad, et j’ai l’impression que c’est de moins en moins le cas.

 

Mais même si ces intrigues et personnages prennent de plus en plus d’importance, on s’intéresse toujours de près à Jimmy.

Depuis le début de la série, on suit son évolution, que ce soit dans sa carrière d’avocat, ou dans sa relation compliquée avec son frère Chuck. Cette saison, ces deux aspects de sa vie se mélangent puisque Jimmy affronte son frère lors d’un procès. Il en ressort avec une interdiction d’exercer pendant un an et des travaux d’intérêt général, mais parvient à discréditer Chuck.

Désormais sans revenus, Jimmy essaye par tous les moyens de gagner de l’argent, d’abord en revendant les publicités TV qui lui restent, puis en tournant lui-même les publicités. Mais il retourne aussi voir Irene, son ancienne cliente de la maison de retraite, pour la convaincre d’accepter l’argent qui est proposé aux pensionnaires, afin de toucher lui-même sa part.

J’aime beaucoup le personnage de Jimmy, mais je l’ai vraiment trouvé ignoble à ce moment-là. J’ai eu le sentiment qu’il venait de dépasser une limite, de basculer du « côté obscur ». Il finit par se racheter auprès d’Irene, mais c’est trop tard, on a vu de quoi il est capable, et Saul n’est plus très loin. Mais on savait que cela finirait par arriver.

Ce qu’on ignorait en revanche, c’est ce que deviennent son frère Chuck et sa compagne et collègue Kim, deux personnages absents de Breaking Bad. Concernant Chuck, nous avons la réponse dans le dernier épisode, alors qu’il rechute peu après avoir dû quitter HHM, et dit à Jimmy tout ce qu’il pensait de lui. Kim, malgré son accident, est toujours là, mais c’est la fin de leur cabinet d’avocats. Pas encore celle de leur relation, mais pour combien de temps ? Chuck a-t-il raison, est-ce que Jimmy détruit vraiment tout ce qu’il approche ? La suite nous le dira.

 

Cette saison est très réussie, avec des épisodes toujours aussi captivants. Le rythme s’accélère par rapport aux saisons précédentes, les intrigues avancent plus rapidement, et pas mal de choses se mettent en place pour la suite. J’ai juste trouvé un peu dommage que Jimmy et Mike aient peu de scènes en commun cette saison.

Better Call Saul vient d’être renouvelée pour une saison 4, espérons qu’elle sera tout aussi passionnante.

Etats-Unis
AMC
Depuis 2015
Copyright 2017 SerieTime - Mentions légales