Festival Séries Mania 2016 : Capital, Spring Tide, Bordertown

Séries Mania est un festival consacré aux séries du monde entier, qui a lieu au Forum des Images à Paris, avec aussi des séances à l’UGC des Halles cette année. En ce moment a lieu la 7ème édition… et la 1ère pour moi ! Je n’y suis allée que deux jours, lundi et mardi, c’était donc très court, mais j’ai fait quelques belles découvertes !

Voici les séries que j’ai pu découvrir le lundi, deux polars nordiques et une mini-série britannique :

Spring Tide (Springfloden), Suède

SPRING-TIDE

Une étudiante de l’école de police s’intéresse à une veille affaire de meurtre non résolue, après avoir découvert que son père faisait partie des enquêteurs. En parallèle, des agressions de SDF se produisent dans la ville de Stockholm.

Spring Tide installe une atmosphère sombre et glauque, la scène d’ouverture où l’on voit la mort de la femme m’a particulièrement marquée. Concernant l’intrigue, nous avons d’un côté l’enquête sur le meurtre, et de l’autre les agressions de SDF, qui donnent à la série une dimension sociale. Parmi les personnages, nous suivons d’ailleurs un groupe de SDF. Nous ne les voyons donc pas seulement de l’extérieur comme victimes, nous découvrons aussi leur quotidien. Les deux épisodes diffusés étaient plutôt prenants.

Bordertown (Sorjonen), Finlande

bordertown

Un détective se fait muter dans une petite ville près de la frontière avec la Russie, dans le but de passer plus de temps avec sa famille. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu lorsque le corps d’une jeune fille est retrouvé.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur cette série, j’ai trouvé ces 2 épisodes très moyens et assez lents, j’ai eu du mal à accrocher à l’intrigue. Le personnage du détective sort du lot avec sa méthode particulière de déduction, dont il se sert pour résoudre les affaires, mais cela n’a pas suffi à me convaincre.

Capital, Royaume-Uni

capital

Les habitants d’une rue résidentielle de Londres reçoivent chaque jour des cartes anonymes portant l’inscription « We want what you have ». D’abord indifférente, la petite communauté va voir son quotidien bouleversé.

Gros coup de cœur pour cette mini-série en 3 épisodes, adaptée d’un roman.

J’ai d’abord été surprise de constater que la série n’est pas aussi sombre qu’on pourrait s’y attendre, elle comporte une bonne dose d’humour.

Le mystère concernant l’auteur des courriers passe rapidement au second plan, ce sont les habitants de la rue qui sont vraiment au cœur du propos. Loin de former une communauté unie, ils vivent chacun de leur côté, se croisent sans se connaître vraiment. Au cours des épisodes, nous suivons leurs trajectoires, nous découvrons leurs vies et leurs secrets, qui vont éclater au grand jour. Les personnages sont attachants et touchants, pendant ces 3 épisodes nous passons par toutes sortes d’émotions en leur compagnie.

capital derek wax

La projection était suivie d’un débat avec Derek Wax, le producteur de la série. Il a d’abord expliqué que cette rue est une métaphore de l’Angleterre, qu’elle reflète la société anglaise actuelle.

Concernant l’adaptation du roman, il a précisé qu’une des difficultés majeures a été de créer des dialogues là où il n’y en avait pas, puisque la première partie du livre se concentre sur les pensées des personnages. Il a indiqué qu’il y a eu un vrai souci de réalisme, d’authenticité, pour retranscrire les émotions des personnages et leurs relations.

Il est également revenu sur la dernière image de la série, qui a perturbé plus d’un spectateur, en disant que cela suggère que ce n’est pas parce que le coupable a été trouvé que tout est fini, certaines choses n’ont pas changé.

Il y a eu une remarque particulièrement intéressante d’une personne du public, concernant le fait que l’histoire ne se termine pas bien pour un personnage, et qu’on ne s’y attend pas. Derek Wax a répondu que ce choix avait été fait par souci de réalisme, que dans la vie il y a des injustices et qu’il tenait à montrer cela dans la série.

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez aussi retrouver une interview de Derek Wax sur le site de Séries Mania.

 

C’était tout pour cette fois, je vous donne rendez-vous très bientôt pour la suite, où je parlerai des séries que j’ai vues le mardi : The Kettering Incident, Au-delà des murs, Cleverman et Marche à l’ombre.

Copyright 2017 SerieTime - Mentions légales