The Handmaid’s Tale, une dystopie indispensable

The Handmaid’s Tale est une série adaptée du roman du même nom de Margaret Atwood (la Servante écarlate en français).

Dans cette dystopie, une nouvelle société américaine, régie par des règles très strictes, a été mise en place suite à une forte baisse de la natalité. Dans ce régime totalitaire appelé Gilead, les femmes ont perdu leurs droits, et sont divisées en 3 catégories principales :

  • les Épouses sont les femmes des dirigeants
  • les Marthas entretiennent les maisons et font la cuisine
  • et enfin les Servantes, dont le rôle est de faire des enfants pour les dirigeants

 

 

Nous suivons le quotidien de June, devenue servante chez le Commandant Waterford et son épouse sous le nom d’Offred. La plupart des scènes se déroulent de son point de vue, et la voix off nous permet de connaître ses pensées et son avis sur ce monde et ce qui se passe autour d’elle.

Des flashbacks nous permettent de découvrir le passé et les souvenirs de June ainsi que d’autres personnages, et surtout de comprendre comment les choses ont pu en arriver là. On s’aperçoit que le changement s’est fait graduellement, les libertés ont été retirées progressivement aux femmes, avant qu’un groupe religieux ne prenne le pouvoir et impose ses règles.

Tout au long de la première saison, nous vivons avec June ses espoirs et désillusions, dans une atmosphère pleine de tension et de méfiance. La moindre infraction aux règles peut avoir de graves conséquences, et les arrestations et exécutions font partie du quotidien. Mais June veut continuer à vivre pour sa fille, et c’est cette pensée qui l’aide à tenir et à supporter sa situation.

Je ne vais pas en dire plus pour ceux qui n’auraient pas encore vu la série, mais je l’ai trouvée très réussie que ce soit au niveau du scénario, de la réalisation ou de la musique. Elle est portée par des acteurs talentueux, Elisabeth Moss (Top of the Lake) interprète le rôle de June/Offred avec beaucoup de justesse.

Les événements de la série ne sont pas sans rappeler la situation des femmes un peu partout dans le monde, la remise en question de certains droits comme l’avortement. The Handmaid’s Tale nous montre que rien n’est jamais acquis, même nos droits les plus fondamentaux. La réalité n’est pas si éloignée de la fiction, comme on peut le lire plus en détail dans un article de Slate qui fait le parallèle entre la série et notre monde actuel.

 

Quand j’ai entendu parler de The Handmaid’s Tale, je n’ai pas voulu la voir tout de suite car je pensais que ce serait trop déprimant, et entre la fin de The Leftovers et mon rewatch de Lost, j’avais eu ma dose d’émotions fortes. Elle est effectivement assez sombre et il y a des scènes difficiles, et la ressemblance entre certains événements et la réalité fait froid dans le dos. Mais elle est très prenante et de grande qualité, je ne regrette absolument pas de l’avoir vue, c’est même une des meilleures séries que j’ai pu voir ces derniers mois.

The Handmaid’s Tale est renouvelée pour une saison 2.

 

Etats-Unis
Hulu
Depuis 2017
Copyright 2017 SerieTime - Mentions légales