11.22.63 : il faut sauver JFK

Le 22 novembre 1963, le Président américain John Fitzgerald Kennedy est assassiné à Dallas. Un drame qui a marqué l’histoire des Etats-Unis et a fait couler beaucoup d’encre, les circonstances n’étant pas claires, et faisant l’objet encore aujourd’hui de nombreuses théories.

Mini-série en 8 épisodes, 11.22.63 est adaptée du roman du même nom de Stephen King.

Jake Epping (James Franco, Freaks and Geeks), un professeur d’anglais, apprend par son ami Al Templeton l’existence d’un portail temporel menant en 1960. Son ami, qui a déjà tenté sans succès de modifier le passé, lui demande d’aller empêcher l’assassinat de Kennedy, croyant fermement que le monde d’aujourd’hui aurait été différent si cela n’était pas arrivé.

112263 serie

Sous une fausse identité, Jake se rend alors en 1960 pour mener à bien cette mission. Il doit commencer par s’adapter à l’époque, se fondre dans la masse, tout en poursuivant les recherches de son ami sur les événements et personnes de l’époque, notamment Lee Harvey Oswald, le principal suspect. Mais la tâche n’est pas facile, car le passé ne veut pas être changé, et met des obstacles en travers de la route de Jake et des personnes auxquelles il s’attache. Chacune de ses actions a des conséquences, souvent dramatiques.

J’avais envie de voir cette série depuis un moment, et la pause estivale m’a donné plus de temps pour regarder de nouvelles séries, dont celle-ci. Je connaissais déjà le point de départ, mais n’ayant pas lu le livre, le reste de l’histoire a été une surprise.

11.22.63 mélange plusieurs genres : l’enquête, l’espionnage, la science-fiction, mais aussi la romance. Les premiers épisodes sont très prenants, j’ai rapidement accroché. En milieu de saison, deux épisodes sont plus lents, et s’éloignent un peu de la trame principale, mais le rythme s’accélère de nouveau à la fin.

L’ambiance des années 60 est plutôt convaincante, avec les vêtements, les voitures, la musique, les technologies… mais aussi, beaucoup moins reluisant, la ségrégation. Le générique est également très réussi.

J’ai bien aimé l’idée du passé qui contre-attaque, les difficultés rencontrées par Jake, même si cela semble plus flagrant dans les premiers épisodes que par la suite. Mais j’ai trouvé un peu dommage qu’il n’apprenne pas de ses erreurs (par exemple, les paris). Ou qu’il ne profite pas de la possibilité qui lui est donnée de tout reprendre à zéro.

Quant à la fin, que je ne vais pas révéler pour ne pas spoiler ceux qui n’auraient pas vu la série, je n’avais pas imaginé ça mais je l’ai trouvée très satisfaisante.

 

Etats-Unis
Hulu
2016
Copyright 2017 SerieTime - Mentions légales