Preacher, la série adaptée des comics

Jesse Custer a repris l’église de son père à Annville au Texas, où il s’efforce de mettre derrière lui son passé criminel, et de redonner la foi aux habitants. Il recroise la route de Tulip, son ex petite amie, et fait la connaissance du vampire Cassidy. Suite à l’apparition d’une mystérieuse entité, Jesse se retrouve avec un pouvoir lui permettant d’ordonner ce qu’il veut à qui il veut…

preacher amc

La première fois que j’ai entendu parler de Preacher, j’ai tout de suite été attirée par cette série. Pour l’histoire, qui avait l’air assez originale et bien barrée, et aussi parce que Preacher est adaptée de comics assez sombres, ce qui annonçait une ambiance particulière.

Le pilote, qui dure un peu plus d’une heure, est très efficace, et nous met tout de suite dans l’ambiance de la série, avec son côté déjanté, de l’humour noir, des scènes gore. Ça correspondait bien à ce que j’avais imaginé. On découvre les personnages principaux et on a droit à beaucoup d’action. Par contre, j’ai l’impression qu’ils ont voulu en mettre plein la vue tout de suite, car les épisodes suivants ont un rythme plus lent, et comportent aussi moins de scènes gore. Mais ça ne m’a pas empêchée de passer un très bon moment devant cette première saison de 10 épisodes.

J’ai été ravie de revoir Joseph Gilgun (Rudy dans Misfits), son personnage de vampire irlandais est extra, et contribue pour beaucoup à l’humour de la série ! Dominic Cooper est aussi très charismatique dans le rôle du pasteur Jesse Custer. J’ai eu plus de mal avec le personnage de Tulip. Elle est assez badass mais elle m’agace par moments, et je ne l’ai pas trouvée aussi intéressante que les autres personnages.

Parmi les personnages secondaires, j’ai adoré le duo d’anges. Ils sont d’ailleurs très loin de l’idée qu’on peut se faire d’un ange, mais leurs scènes sont géniales et ils forment un duo souvent très drôle. J’ai eu du mal avec Emily, dont le personnage parait trop lisse, mais elle m’a bien surprise vers la fin. On aperçoit aussi un mystérieux cow-boy, on a du mal à comprendre ce qu’il fait là au début, mais sa présence prend tout son sens à la fin de la saison.

 

Preacher n’est pas une série qui peut plaire à tout le monde, il faut pouvoir accrocher à cet univers assez particulier, décalé, qui peut dérouter. Pour ma part, j’ai adoré cette première saison, que j’ai trouvée complètement barrée et bien fun, avec des personnages délirants, et très réussie visuellement avec un petit côté Breaking Bad (on retrouve notamment aux commandes Sam Catlin, qui avait travaillé sur cette dernière). Avec le road trip qui s’annonce, on peut s’attendre à de bonnes choses pour la saison 2 !

 

Etats-Unis
AMC
Depuis 2016
Copyright 2017 SerieTime - Mentions légales